En savoir plus   Montblanc Magazine

 

Jeff Griffin, 51 ans, est créateur de mode, agriculteur alternatif et collectionneur de treillis militaires. Le Britannique a étudié au célèbre Central Saint Martins College de Londres, puis a travaillé à Milan chez Valentino et Gianfranco Ferré, époque pendant laquelle il était colocataire de feu le génie de la mode Alexander McQueen, et a créé le label Griffin à Londres en 1996 avec sa femme Karina. Par ailleurs, il dessine également des pièces pour de grandes marques comme Boss ou Kenzo. Il y a huit ans, sa femme, ses trois fils et lui se sont installés dans la ferme de « Loveland » (lovelandfarmcamping.co.uk), située sur la côte atlantique du Sud-Ouest de l’Angleterre. Le créateur y exploite une petite retraite écologique avec des cochons et des buffles ainsi que son studio de création. Il développe actuellement des collections pour Converse, Woolrich, Diesel, Element, etc. La marque de fabrique commune à tous ses travaux : le camouflage. Griffin collectionne d’anciennes tenues militaires et ne porte lui-même que des vêtements de travail ou de l’armée.

 

Jeff Griffin dans sa ferme de Loveland dans le Sud-Ouest anglais

 

Pourquoi êtes-vous tant fasciné par le motif camouflage ?

Il est branché, raconte des histoires et, comme nous, il vient de la nature. On peut jouer avec, briser les lignes, agrandir le motif ou créer de nouvelles structures. Pour moi, c’est tout simplement de l’art.

Vous utilisez le camouflage dans la mode alors que celle-ci vise justement à se différencier, à se démarquer. Pourquoi le treillis fonctionne-t-il si bien dans ce domaine ?

Parce que c’est une affirmation de style. Un jour, le duo d’artistes Gilbert & George a décidé de porter des costumes camouflage. Les gens étaient choqués parce que ce n’était pas habituel : il faut une rupture, pour éviter justement que ce ne soit trop militaire. Une des tentes militaires de notre ferme est taguée d’un cœur rose ; j’aime ce genre de contradiction. J’adore le style militaire et la paix, deux choses qui vont très bien ensemble au final. Ce motif est chargé d’histoire et les idées créatrices permettent de le rendre pertinent dans la mode. J’ai eu une phase punk-rock, pendant laquelle je voulais bouleverser l’establishment de par mes tenues. Le camouflage reste encore un peu punk-rock dans le monde de la mode classique.  

Votre père a travaillé pour le ministère britannique de la Défense et votre famille a vécu plusieurs années en Allemagne. On pourrait en déduire que c’est plutôt cette expérience précoce qu’une véritable rébellion qui vous anime.

C’est possible. Mais quand j’étais adolescent, j’étais un pacifiste invétéré, celui qui partait toujours en courant quand il voyait des soldats. J’ai toujours été partagé entre la haine et l’amour du militaire. Et aujourd’hui, je travaille même sur une collection pour une unité d’élite des Forces spéciales britanniques. Au départ, je n’étais pas vraiment enthousiaste pour être honnête, mais il ne s’agit pas de simples soldats : ce sont plutôt des athlètes, l’un d’entre eux est même un ancien footballeur professionnel. Ces militaires repoussent constamment les limites de leurs corps. J’ai moi-même participé à un ultra-marathon et je développe des vêtements de sport et de plein air à porter dans des conditions difficiles. Nos créations ont été testées par l’unité au pôle Nord et lors de sessions de saut en parachute ! Ma vie n’en est que plus intéressante.

Parce que sinon, vous vous ennuieriez ?

Oui, je m’ennuie rapidement et c’est pour cela que j’ai besoin de raconter des histoires. J’achète de nombreuses pièces militaires de seconde main sur des marchés spécialisés. J’ai probablement mille pièces allant de la Première Guerre mondiale à nos jours : un ancien scaphandre militaire, un gilet de sauvetage de pilote avec protection anti-requins, un parachute et des dizaines de vestes et pantalons vintage. Chacune avait une utilité et était conçue pour protéger son porteur. Ces originaux de l’armée sont mon tremplin à idées. Par exemple, je suis en train d’utiliser le parachute dans une collection. Le recyclage de matériaux est très important à mes yeux : nous appliquons des principes écologiques à nos travaux.

Quelques pièces de la collection camouflage de Griffin

 

Le créateur explique sa passion pour le camouflage

 

Vous faites toujours fabriquer les tissus de vos collections dans des usines qui produisaient auparavant des tissus pour l’armée. Pourquoi ?

J’aime connaître l’origine des choses. L’authenticité m’est chère, de même que le souci du détail. J’adore les originaux. Si une usine textile n’existe plus, je dois faire appel à ma créativité. J’ai également déjà imaginé des motifs inspirés d’anciennes pièces. Pour moi, bien plus qu’une simple mode, le camouflage est l’ADN de ma marque, ma signature.

Une signature maintes fois reprise. Cela fait des années que le camouflage est une tendance majeure dans le monde de la mode !

Bien sûr, tout le monde veut avoir l’air cool mais, dans mon travail, on retrouve aussi l’aspect originel. Par exemple, nous collaborons avec une filature belge qui était déjà active pendant la Grande Guerre. Elle me fabrique en ce moment un motif camouflage. Ce genre de projet me plaît beaucoup. L’usine a également développé le motif Dazzle ; certes, il ne ressemble pas à du camouflage conventionnel mais rendait très difficile l’identification des navires de guerre. Avec ses lignes en zigzag, il s’inspire du cubisme pour créer une illusion d’optique. Ainsi, il était impossible de savoir où se trouvait le centre du bateau. Aujourd’hui, on y mélange volontiers des couleurs afin de donner l’illusion de mouvement.

 

Le treillis a fait son apparition dans le monde de la mode lors du mouvement pacifiste contre la guerre au Viêt Nam, puis les punks se le sont approprié comme forme de protestation contre la société bourgeoise. Depuis qu’Andy Warhol l’a fait entrer dans la culture pop, on l’utilise souvent dans le design en laissant de côté le symbole politique. Mais le facteur cool ne se nourrit-il pas justement de l’histoire ?

À l’apogée de la lutte de l’IRA ou de la guerre du Viêt Nam, le motif camouflage était devenu très rare. Évidemment, c’est totalement différent aujourd’hui. C’est pourquoi il ne permet plus de provoquer de la même manière mais quelques couleurs suffisent à se démarquer. Sa signification politique a fait place à une expression d’aventure.

Une aventure pour homme et femme ?

Oui, il correspond aux deux, même si à l’origine, de par son usage militaire, il était plus destiné aux hommes. Je travaille beaucoup pour des marques de mode masculine. Si l’on me demande un imprimé, alors je suis sûr de pouvoir utiliser du camouflage : ça plaît aux hommes. Bien sûr, dans mes propres collections, j’essaie de repousser les limites du possible. Je suis vraiment jusqu’au-boutiste pour ce qui est de ce motif !

Juste pour ce motif ?

Non, il est vrai que, quoi que je fasse, j’agis toujours avec passion : que ce soit pour faire pousser mes légumes, élever mes bêtes ou préparer à manger. D’ailleurs, je dois vous laisser, j’ai des rosiers à tailler ! Et j’ai déjà trois semaines de retard...

 

Rédaction : Bianca Lang, mai 2018

  • {{customTag1}} {{customTag2}}
    Montblanc TimeWalker Chronograph Automatic Montblanc TimeWalker Chronograph Automatic

    Montblanc TimeWalker Chronograph Automatic

  • {{customTag1}} {{customTag2}}
    Porte-documents petit modèle Montblanc Sartorial Porte-documents petit modèle Montblanc Sartorial

    Porte-documents petit modèle Montblanc Sartorial

  • {{customTag1}} {{customTag2}}
    Carnet #146 Montblanc Fine Stationery Indigo, pages blanches Carnet #146 Montblanc Fine Stationery Indigo, pages blanches

    Carnet #146 Montblanc Fine Stationery Indigo, pages blanches

  • {{customTag1}} {{customTag2}}
    Porte-cartes 5cc Montblanc Sartorial Porte-cartes 5cc Montblanc Sartorial

    Porte-cartes 5cc Montblanc Sartorial

  • {{customTag1}} {{customTag2}}
    Sac à dos petit modèle Montblanc Sartorial Sac à dos petit modèle Montblanc Sartorial

    Sac à dos petit modèle Montblanc Sartorial

  • {{customTag1}} {{customTag2}}
    Stylo bille StarWalker Spirit of Racing Doué Stylo bille StarWalker Spirit of Racing Doué

    Stylo bille StarWalker Spirit of Racing Doué

  • {{customTag1}} {{customTag2}}
    Portefeuille 12cc avec zip circulaire Montblanc Sartorial Portefeuille 12cc avec zip circulaire Montblanc Sartorial

    Portefeuille 12cc avec zip circulaire Montblanc Sartorial

  • {{customTag1}} {{customTag2}}
    Portefeuille 6cc Montblanc Sartorial Portefeuille 6cc Montblanc Sartorial

    Portefeuille 6cc Montblanc Sartorial

  • {{customTag1}} {{customTag2}}
    Carnet #146 Montblanc Fine Stationery, turquoise, avec lignes Carnet #146 Montblanc Fine Stationery, turquoise, avec lignes

    Carnet #146 Montblanc Fine Stationery, turquoise, avec lignes

  • {{customTag1}} {{customTag2}}
    Etui fin 1 instrument d'écriture Montblanc Sartorial Etui fin 1 instrument d'écriture Montblanc Sartorial

    Etui fin 1 instrument d'écriture Montblanc Sartorial